La saison du basilic arrive à son terme. Afin de ne pas perdre les dernières feuilles restantes dans le jardin, je vous conseille de cueillir le tout et faire un pesto « maison ».

20140904_200324

Je vous donne ma recette de base, à vous de l’adapter en fonction de la quantité de basilic que vous aurez récolté…

Ingrédients pour un pot :
  • 100 g de basilic,
  • 1 gousse d’ail dégermée,
  • 20 g de pignons de pin,
  • 30 g de parmesan,
  • sel et poivre (facultatif),
  • huile d’olive.

Tout d’abord, faites torréfier les pignons de pin dans une poêle à sec. Mélangez très souvent pour éviter que les pignons ne grillent trop. Laissez les ensuite refroidir.

A l’aide d’un mini hachoir, pour les puristes : c’est le mortier et le pilon, hachez l’ail.

Ajoutez les feuilles de basilic et les pignons, terminez par le parmesan râpé.

Quand tout est bien amalgamé, cela ressemble à une purée assez grossière, ajoutez l’huile d’olive en filet et continuez de mélanger mais cette fois avec une fourchette.

Dès que la texture est à votre goût, n’ajoutez plus d’huile. Ne noyez pas votre pesto dans l’huile surtout si vous avez l’intention de l’étaler sur des tartines grillées.

Goûtez et assaisonnez si vous le souhaitez. Normalement, juste quelques tours de moulin à poivre suffisent, le parmesan apporte le sel nécessaire.

Conservez votre pesto au réfrigérateur (parce qu’il ne contient aucun conservateur) jusqu’à utilisation. Pensez tout de même à le sortir à température ambiante une dizaine de minutes avant dégustation.

Que peut-on faire avec le pesto ?

Comme je vous l’écrivais ci-dessus, en tartinade sur du pain grillé, coiffé d’une petite tomate confite.

Avec des pâtes : vous remplacez la crème fraîche ou la sauce tomate par votre pesto fait maison.

Par petites touches sur une pizza dès qu’elle sort du four. Vous verrez cela apportera du pep’s à votre plat.

Etalé sur une pâte feuilletée que vous servirez à l’apéritif. Suivez la technique des roulés au surimi ICI.

Publicités

2 réflexions sur “Pesto

  1. Tu as raison, le basilic devient malingre. Pour ceux qui en ont des masses, les récolter avant LA première gelée (une suffit pour tout griller !), hacher menu et mettre à congeler en mince(s) couche(s) dans un(des) sac(s) plastique adéquat(s). On peut ainsi en prélever tout l’hiver, suivant les besoins.
    Même le pesto se congèle (si, si, je l’ai fait, dans une vie antérieure…) : suffit de ne pas mettre de parmesan et de couler la préparation dans des bacs à glaçons. Râper du parmesan frais au moment de servir les plats « pestonés ».
    Tu vois, Valérie, que je peux quand-même être utile…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s